De Sydney à Brisbane : partie 1/2

Dans la ville de The Entrance, on arrive à temps pour le « Pelican Show », la ville organise un nourrissage des pélicans pour attirer le touriste. Visiblement ça marche, car on est là. La scène se passe juste sous un panneau « Do not feed birds », oui mais eux c’est pour le tourisme, ce n’est pas pareil tu comprends.
Les pélicans font un truc bizarre avec leur bec, ils se retournent le plancher lingual sur le cou, certainement pour s’aérer la glotte après tout ce poisson qu’ils ingurgitent.01_monsacestfait_sydney-to-brisbane

02_monsacestfait_sydney-to-brisbane

03_monsacestfait_sydney-to-brisbane

04_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Le gros machin que vous voyez dans le cou de ce pélican est une tête de saumon qu’il a avalé goulument sans même tenter de mâcher.05_monsacestfait_sydney-to-brisbane

06_monsacestfait_sydney-to-brisbane
On arrive ensuite à Port Stephens, pour d’abord voir le ciel menaçant sur les 32 kilomètres de la dune du « Worimi conservation lands », puis pour prendre un peu de hauteur depuis le Tomaree Headland Lookout.07_monsacestfait_sydney-to-brisbane

08_monsacestfait_sydney-to-brisbane

09_monsacestfait_sydney-to-brisbane
De l’autre côté de la baie, on s’attarde à Hawks Nest pour la Yacaaba Walk pour une vue sur les plages de Bennetts Beach et Jimmys Beach. 10_monsacestfait_sydney-to-brisbane

11_monsacestfait_sydney-to-brisbane

12_monsacestfait_sydney-to-brisbane

13_monsacestfait_sydney-to-brisbane

14_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Après une nuit au milieu de la forêt et ses sonorités nocturnes inquiétantes, on arrive aux Myall lakes.16_monsacestfait_sydney-to-brisbane

17_monsacestfait_sydney-to-brisbane

20_monsacestfait_sydney-to-brisbane

18_monsacestfait_sydney-to-brisbane

19_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Les distances sont souvent importantes en Australie, et parfois avant de se lancer vers une destination on se tâte un bon moment si cela vaut le coup ou non. En choisissant Barrington Tops, on aurait mieux fait de tourner le volant dans l’autre sens, et après avoir traversé une dizaine de floodways même les kangourous étaient surpris de nous voir arriver là.21_monsacestfait_sydney-to-brisbane

22_monsacestfait_sydney-to-brisbane

23_monsacestfait_sydney-to-brisbane

24_monsacestfait_sydney-to-brisbane

25_monsacestfait_sydney-to-brisbane

26_monsacestfait_sydney-to-brisbane
On y spottera tout de même un Lyrebird, cet oiseau est l’emblème des parcs nationaux du New South Wales. Le mâle est doté de superbes plumes sur les fesses, et sous ses airs de fa¬¬isan, le volatile est plein de ressources : il est en effet capable d’imiter des sons comme l’aboiement d’un chien ou encore le bruit d’une tronçonneuse.27_monsacestfait_sydney-to-brisbane
En repartant sur la côte on stoppe à Wingham pour observer une colonie de chauve-souris au crépuscule, leur réveil agité est à mi-chemin entre le fascinant et le flippant et ce sont des milliers de chauve-souris qui se dispersent alors dans le ciel de la ville.28_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Et voici la bande son, vous pouvez l’utilisez en alarme de réveil, c’est libre de droit :

Au réveil le lendemain, c’est l’anniversaire de notre rencontre, une journée vouée au romantisme vous vous dites ! Le sort en a décidé autrement, le drap soulevé je constate une sangsue entrain de prendre son petit-déj sur mon pied. Désolé par avance pour ceux qui n’apprécie pas le machin gluant suceur de sang, encore plus désolé pour ceux qui n’apprécient pas non plus les pieds.29_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Le vampire toujours sur le pied, on check sur le web la meilleure façon de retirer une sangsue. Si vous avez l’extrême plaisir d’en rencontrer, il faut prendre un élément plat et le glisser sur la peau jusqu’à la bouche de la sangsue pour la faire lâcher prise. Oubliez les idées de base comme le sel, le briquet ou le marteau, cela risque de faire vomir la sangsue dans la plaie et de vous faire chopper une connerie. Ou vous pouvez simplement attendre qu’elle finisse son repas, en vous retenant de vomir. Bon une fois la sangsue retirée, vu qu’elle vous a injecté un anticoagulant vous allez saigner pendant un petit moment.
Pour poursuivre dans la bonne journée, l’un de nos pneus est à plat, il pleut, et le terrain ressemble à un immense tas de boue. De bonnes conditions pour aller visiter Port Macquarie ! Le premier jour nous donnera l’impression d’une journée de Novembre sur la côte d’opale, mais nous persévérons et la seconde journée fut plus agréable.
La ville accueille un hôpital pour koalas et soigne les koalas accidentés ou malades de la région. Aveugle, le cul de coin, bossu… même estropié le marsupial reste très mignon.
En centre ville, c’est le lorikeet qui fait la loi, des milliers d’oiseaux squattent bruyamment les arbres.30_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Et des sculptures de koalas trônent comme d’énormes art-toys personnalisés par artistes et collectivités.31_monsacestfait_sydney-to-brisbane

32_monsacestfait_sydney-to-brisbane

33_monsacestfait_sydney-to-brisbane

34_monsacestfait_sydney-to-brisbane
Puis l’on suivra le sentier du littoral pour voir passer des gangs de dauphins sous nos yeux émerveillés de gamins.35_monsacestfait_sydney-to-brisbane

36_monsacestfait_sydney-to-brisbane

37_monsacestfait_sydney-to-brisbane

38_monsacestfait_sydney-to-brisbane

39_monsacestfait_sydney-to-brisbane

40_monsacestfait_sydney-to-brisbane
On poursuit notre roadtrip pour accéder jusqu’à Brisbane, à suivre dans notre prochain article !

Ajouter un commentaire