Kakadu National Park

Nous avions déjà entendu parler du Parc National de Kakadu avant de venir en Australie, et à vrai dire c’était l’un des rares lieux que nous connaissions dans le pays. Le plus grand parc national Australien doit sa renommée à la vie sauvage qu’il abrite. Il y a même une émission de téléréalité qui suit les rangers travaillant à Kakadu.

L’approche est donc très attractive, cependant tout au long de notre voyage en Australie nous avons croisé de nombreuses personnes déçues de leur visite du parc. Un des points qui ressort le plus souvent est : Kakadu ne vaut pas le coup en deux roues motrices, ainsi des attractions majeures du parc, comme les Jim Jim Falls, ne sont accessibles qu’en 4×4. De plus les distances à l’intérieur du parc, les frais d’entrées élevées et l’absence de freedom camping, représentent un budget relativement important pour la visite d’un parc National.

Bref après débats et réflexions nous en sommes venus à la conclusion que la meilleure façon de savoir si cela vaut le coup est de tenter le coup et d’en tirer son propre avis, nous avons donc bifurqué de la Stuart Highway vers Kakadu Highway et le Parc National de Kakadu.

En payant les frais d’entrées de 40 AU$/pp , la ranger nous indique ce que nous pouvons visiter avec nos deux roues motorisées et nos deux autres fainéantes, et là les attractions se limitent à nouveau. La piste vers Gunlom Falls indiquée sur la carte « non goudronné mais 2 roues motrices », n’est au final pas recommandée pour les 2WD. Après nous avoir demandé si c’était notre propre véhicule, la petite dame nous dit que l’on peut tout de même essayer si le cœur nous en dit.

Testé et désapprouvé : après être passé au shaker pendant 2-3 kilomètres nous faisons demi-tour et abandonnons cette partie du parc.

On s’arrêtera ensuite au Bukbukluk lookout, d’où l’on ne verra pas grand-chose avant de partir vers Yellow Water. Entrée des wetlands l’endroit peut être visité sur l’eau, mais sans vouloir faire nos Français râleurs, le prix de la croisière est prohibitif : 90AU$ par tête de pipe pour être 2H dans un bateau avec 50 autres touristes c’est un peu abusé. On restera donc sur le bord du ponton en calculant combien leur rapporte chaque départ de bateau.

Gratuit et magnifique, nous observons le coucher de soleil sur les wetlands. Les couleurs sont superbes et les crocodiles marins très présents dans le parc viennent agrémenter la photo. Nous mitraillerons l’endroit, chaque image étant payée chèrement par une nouvelle piqure de moustique, ces derniers infestant les lieux dès le soleil couché.monsacestfait_01_kakadu-np

monsacestfait_02_kakadu-np

monsacestfait_03_kakadu-np

monsacestfait_04_kakadu-np

Le second jour nous effectuerons de nombreuses randonnées plus ou moins intéressantes dans les environs de Nourlangie.

Nous suivrons la boucle de Bubba walk où l’on spottera des cochons sauvages, importés, ils sont devenus un fléau pour l’écosystème du parc. Mal guidés par le balisage du sentier on se retrouvera un peu trop proche de l’eau et c’est un crocodile plongeant dans les nénuphars qui nous rappellera que l’on ferait bien de se barrer de là rapidos. Après avoir complété la boucle on prend notre repas au camping juste à côté. Et c’est là que l’on verra que le sentier que nous venons de suivre est fermé en raison de la présence de buffles aggressifs dans la zone. Importés d’Asie du Sud-Est, la population de buffle dans le parc de Kakadu est devenue une des plus large du monde, jusqu’à ce que des mesures d’éradication soient mise en place. Du coup on est bien content de n’avoir croisé que les bouses de ces vachettes sur notre parcours. Nous n’avons tout de même pas bien compris pourquoi cette affiche n’était présente qu’à côté des toilettes. Comme quoi un popo peut sauver ta peau ! (ou un pipi sauver ta vie, ça marche aussi)monsacestfait_05_kakadu-np

Nous te déconseillons le track de Gubara qui est assez long et monotone, en revanche le sentier de Nanguluwur te conduira jusqu’à des peintures aborigènes vraiment intéressantes.monsacestfait_06_kakadu-np

monsacestfait_07_kakadu-np

monsacestfait_08_kakadu-np

En suivant la Nourlangie walk de nombreuses peintures sont également présentes. Pour observer le coucher de soleil, nous ferons le tour d’Anbangbang billabong où les kangourous détalent dans tous les sens.monsacestfait_09_kakadu-np

monsacestfait_10_kakadu-np

monsacestfait_11_kakadu-np

monsacestfait_13_kakadu-np

monsacestfait_14_kakadu-np

monsacestfait_15_kakadu-np

monsacestfait_16_kakadu-np

Puis nous atteindrons la partie nord-est du parc l’une des plus intéressantes. Autour d’East Alligator river, tu pourras observer en levant la tête une colonie de chauve-souris.monsacestfait_17_kakadu-np

monsacestfait_18_kakadu-np

monsacestfait_19_kakadu-np
Attention, si tu reçois malencontreusement une fiente de chauve-souris dans l’œil ne va surtout pas te rincer dans la rivière voisine : les crocodiles marins y pullulent ! Un passage à gué permet ici au véhicule de traverser la rivière, mais avec la marée montante, le passage devient complètement submergé. C’est alors au tour de gros poissons comme le barramundi de pouvoir passer de l’autre côté de la rivière attendu par une haie d’honneur de gueules béantes des crocodiles à l’heure pour le festin.

Le spectacle est impressionnant et rabaisse la Daintree River dans le Queensland au rang de petit bain tranquilou. (Lire ici notre article sur Daintree et ses quelques crocos). On vous laisse chercher l’intru dans les photos ci dessous.monsacestfait_20_kakadu-np

monsacestfait_21_kakadu-np

monsacestfait_22_kakadu-np

monsacestfait_24_kakadu-np

monsacestfait_25_kakadu-np

monsacestfait_26_kakadu-np

monsacestfait_27_kakadu-np

monsacestfait_28_kakadu-np

La Bardedjilidji Sandstone Walk est l’une des courtes randonnées les plus agréables du parc.monsacestfait_29_kakadu-np

monsacestfait_30_kakadu-np

monsacestfait_31_A_kakadu-np

En fin de journée, après de nouvelles peintures aborigènes attestant par exemple de la présence passée du Tigre de Tasmanie dans la région, nous prenons de la hauteur pour le beau panorama de Ubirr d’où nous observons le coucher de soleil.monsacestfait_31_B_kakadu-np

monsacestfait_31_C_kakadu-np

monsacestfait_32_kakadu-np

monsacestfait_33_kakadu-np

monsacestfait_34_kakadu-np

monsacestfait_35_kakadu-np

monsacestfait_36_kakadu-np

Etrangement l’endroit ferme ses portes avant que les plus belles couleurs du coucher du soleil ne fassent parler d’elles, et la ranger aura bien du mal à déloger les photographes installés au sommet.

Nous quittons le parc après un arrêt à Mamukala Wetlands, où des milliers d’oies migrent chaque année vers Kakadu National Park. Pas de quoi perturber un « Jesus Bird » qui grâce à ces panards de clown peut marcher sur l’eau.monsacestfait_37_kakadu-np

monsacestfait_38_kakadu-np

monsacestfait_39_kakadu-np

Sur la route vers Darwin tu peux t’arrêter à l’intéressant Window On The Wetlands Visitor Centre qui te donnera quelques informations ludiques sur les wetlands, et offre un beau point de vue sur les environs. On peut y observer également un élevage de buffles, et même derrière son enclos ce buffle, tel un méchant des dessins animés, saura nous faire flipper.monsacestfait_40_kakadu-np

monsacestfait_41_kakadu-np

monsacestfait_42_kakadu-np

Est-ce que nous avons aimé notre visite de Kakadu National Park ? Michoko. Certaines zones sont intéressantes et jolies mais l’impression globale est plutôt mitigée, d’autres parcs moins onéreux sont plus agréables à visiter. Kakadu est sans conteste un super parc national pour la faune et la flore qu’il abrite et protège, mais la visite de Kakadu n’est pas indispensable si l’on a un budget limité et un véhicule 2 roues motrices.

Il fait bien chaud dans cette partie de l’Australie, même en hiver, on prend donc la direction de Litchfield pour visiter notre dernier Parc National, ses termitières géantes et ses eaux non-crocodileuses. A lire dans le prochain article !

Ajouter un commentaire