Sur la Fraser Coast

A quelques kilomètres au nord de Brisbane, se trouve les Glass House Mountains, où 14 sommets se dressent au milieu de la forêt. Rares montagnes sur la Sunshine Coast, il s’agirait selon les aborigènes Kabi des formes pétrifiées d’une famille fuyant la marée.01_monsacestfait_fraser_island

02_monsacestfait_fraser_island

03_monsacestfait_fraser_island

On se dirige ensuite vers Noosa heads, où l’on trouve une bonne échappatoire à l’urbanisation du littoral avec le petit Noosa National Park.04_monsacestfait_fraser_island

05_monsacestfait_fraser_island

06_monsacestfait_fraser_island

07_monsacestfait_fraser_island

08_monsacestfait_fraser_island

On décide ensuite de visiter Fraser Island : cette île de 123 kilomètres de long est la plus grande île de sable au monde. Située à seulement quelques centaines de mètres de la côte de Rainbow Beach .

Il est possible de parcourir l’île en 4 roues motrices. Il faut dire que l’Australien adore aller partout avec son 4×4, une sorte de liberté motorisée qui les défrise.

Malheureusement notre bête de course qui reste coincée dans 5 centimètres de sable mou, ne pourra nous emmener vers cette nouvelle découverte. On décide donc de prendre un tour à la journée qui permettra de voir les principales attractions du lieu.

C’est donc avec un bus 4×4 que l’on est emmené sur le sable de Fraser Island, à peine descendu du ferry, la vie sauvage des lieux fait parler d’elle et nous voyons des dugongs au bord de l’eau. Le « Dugong » est le nom donné ici aux lamantins, ces vaches des mers, aiment nager dans les eaux des baies et se reposer sur les bancs d’herbes marines.09_monsacestfait_fraser_island

10_monsacestfait_fraser_island

Puis après quelques kilomètres dans le sable, nous arrivons à Eli Creek : un ruisseau d’une eau de source limpide qui vient déverser chaque jour 80 millions de litres d’eau douce directement dans la mer.11_monsacestfait_fraser_island

Des panneaux nous indique de faire gaffe aux Dingos. Les Dingos sont des chiens sauvages, pouvant chasser en meute et devenir aisément agressif au contact de l’homme L’isolement de l’île et l’absence de chien domestique, font des dingos de Fraser la lignée la plus pure de cette race. Des accidents avec Dingo et enfants ont poussé le gouvernement à prendre des mesures de protection et ainsi réduire de ¾ la population de Dingo sur l’île.12_monsacestfait_fraser_island

L’immense plage de sable fait également office de piste d’aviation et certains touristes découvrent ainsi les attractions de l’île.13_monsacestfait_fraser_island

14_monsacestfait_fraser_island

On passe ensuite voir l’épave du Maheno qui a fait naufrage sur la côte en 1935 pour n’être plus qu’aujourd’hui un squelette rongé par l’océan.15_monsacestfait_fraser_island

16_monsacestfait_fraser_island

Avant midi, nous arrivons au Lac MacKenzie, un lac d’eau douce d’une clarté assez incroyable. Plutôt frais à cette période de l’année, seuls des anglais aussi habitués que nous à la mer du nord se joindront au bain.  Si le bord du lac est en pente douce après quelques mètres c’est un abysse qui se dresse sous nos pieds.17_monsacestfait_fraser_island

18_monsacestfait_fraser_island

19_monsacestfait_fraser_island

20_monsacestfait_fraser_island

21_monsacestfait_fraser_island

Plongeon, saut, tuba on passera un bon moment à faire les cons dans l’eau du lac. Oui mais l’heure de la récrée est terminée et c’est en se faisant engueuler copieux par le maitre d’école/chauffeur/guide, que l’on doit enfiler notre repas en 2 minutes avant de repartir. Nous avons un peu du mal avec cette logique dans les tours : 5 minutes à des endroits magnifiques, mais des heures à prendre goûters et buffets. Autant se payer un bon resto et rester en ville…

Bref c’est bien à l’aise, que nous poursuivrons le tour en découvrant la rainforest qui couvre une bonne partie de l’île. Ici le sol étant constitué de sable, les arbres poussent avec une forte densité, les racines pouvant s’enfoncer facilement à la verticale.22_monsacestfait_fraser_island

23_monsacestfait_fraser_island

Et il faut déjà rentrer vers Rainbow Beach, nous avons bien profité du lieu, même si l’on s’est fait grondé comme ça nous était pas arrivé depuis le collège. A refaire on se la jouerait « jeunes » avec un tour en 4×4 sur 2/3 jours.

Autour de Rainbow Beach se trouve le « Sand Blow » : la géologie veut que l’île de Fraser Island étant auparavant rattachée au littoral à cet endroit, on y retrouve donc une végétation similaire, même si les lacs ne font pas autant rêver.24_monsacestfait_fraser_island

25_monsacestfait_fraser_island

26_monsacestfait_fraser_island

27_monsacestfait_fraser_island

28_monsacestfait_fraser_island

On trouve par exemple le « Strangler fig », d’une simple graine déposée innocemment par un oiseau ou une chauve-souris à un meurtre en pleine forêt il n’y a qu’un pas. En effet si une graine trouve dans l’humidité d’une branche suffisamment de ressources, elle va développer un réseau de « racines » qui vont plonger jusqu’au sol pour finalement « étrangler » l’arbre hôte jusqu’à éventuellement la mort de celui-ci. On peut ainsi voir d’énormes arbres tout entortillés autour d’un tronc en décomposition. L’arbre est un loup pour l’arbre.29_monsacestfait_fraser_island

A Tin Can Bay, nous arriverons trop tard pour le nourrissage des dauphins de la baie, mais juste à temps pour le bal masqué des oiseaux et la parade des crabes. Des milliers de crabes bleus s’échappent devant nous dans une pagaille monstre pour finalement s’enfoncer dans le sable comme une vis.30_monsacestfait_fraser_island

31_monsacestfait_fraser_island

32_monsacestfait_fraser_island33_monsacestfait_fraser_island

34_monsacestfait_fraser_island

Ajouter un commentaire