Le Gunung Rinjani de bas en haut

Fraichement débarqué à Bangsal sur l’île de Lombok, nous pensions trouver pléthore d’agence pour programmer l’ascension sur 3 jours du Gunung Rinjani. Malheureusement ce ne fut pas le cas, et nous nous sommes donc dirigés vers le Lombok cafe & Guesthouse, et après avoir négocié comme des bourrins nous avons obtenu une réduction sur le prix important proposé initialement.

Moyennement satisfait, nous patientons désormais dans leur bar restaurant pendant quelques petites minutes qui deviennent vite des gros quart d’heure, les autres touristes attendent eux pour partir en croisière vers les Komodo, ils risquent d’y voir des dragons roses vu les 35 bières chacun qu’ils se commandent pour les 4 jours à bord.

Au bout d’un moment, un tuk-tuk équestre finit par nous emmener vers un autre restaurant où cette fois ce sont des randonneurs qui patientent. Le long du trajet vers l’hôtel où nous passerons la nuit, avant de débuter l’ascension, nous découvrons vite que les prix sont vraiment différents pour tous, tous comme les caractéristiques. Bien sûr, on a payé plus cher.01_monsacestfait_rinjani

C’est une des choses qui peuvent agacer avec ces tours où rien ne ressemble à ce que l’on t’a annoncé, tu as en plus l’impression d’avoir vraiment forcé sur la négoce alors que le prix de base était double. Bref ne réservez pas avec Lombok Café à Bangsal.

Notre point de chute est Senaru, et pour se mettre en jambes nous passons l’après-midi avec le groupe à visiter les cascades des environs.02_monsacestfait_rinjani

03_monsacestfait_rinjani

04_monsacestfait_rinjani

Le lendemain les miettes du petit déjeuner, sont vite ramassées par les singes qui s’occupent aussi du service de chambre. Après un départ chaotique, où l’organisateur souhaitait absolument qu’un couple se scinde pour former un autre groupe… on finit par se lancer à 11 dans l’ascension.05_monsacestfait_rinjani

06_monsacestfait_rinjani

Ce sont donc 3 jours de randonnée qui nous attendent, nous débutons côté Senaru. Nous sommes accompagnés par un guide, et devancés par un groupe de porteurs qui se coltinent tout le matos de camping, de cuisine, les vivres et une partie de l’eau. Le tout dans deux paniers reliés par un bambou et porté sur l’épaule, chaussés avec de simples tongs. Des chevaliers Jedis les mecs.08_monsacestfait_rinjani

09_monsacestfait_rinjani

La première journée, même sans gros bagage est assez rude avec déjà 1500 mètres de dénivelé. Les pauses ne sont pas toute d’une grande efficacité, et quand on se retrouve encerclé par une dizaine de singes agressifs, on n’a pas l’air con avec nos bâtons à ne pas oser sortir un paquet de biscuits ou une bouteille d’eau.

L’arrivée au Rim Campsite est récompensée par une vue superbe sur le cratère du volcan, où se trouve le lac et le volcan actif Gunung Barujari. Nous sommes à 2641 mètres, et passerons la nuit au dessus des nuages. Le campement ressemble à une publicité pour l’équipement de camping Lafuma.
10_monsacestfait_rinjani11_monsacestfait_rinjani

12_monsacestfait_rinjani

13_monsacestfait_rinjani

14_monsacestfait_rinjani

15_monsacestfait_rinjani

16_monsacestfait_rinjani

A cette altitude il fait plutôt froid, et pour le lever du soleil nous ressortons les gants en opossum qui nous avaient bien servis en Nouvelle Zélande. Au loin nous apercevons les îles Gilis où nous étions plutôt (lire ici), et le Gunung Agung de l’île de Bali.17_monsacestfait_rinjani

18_monsacestfait_rinjani

19_monsacestfait_rinjani

La seconde journée est relativement plus posée, avec une longue descente dans le cratère en direction du lac situé à 2000 mètres d’altitude, nous bifurquons vers une source d’eau chaude, certes d’une couleur peu engageante mais d’une température équivalente à l’eau de ton bain.

Certains effectuent des plongeons, et parfois perdent en cours de saut leur GoPro. C’est alors que le miracle allemand de la fontaine de l’éternelle GoPro eu lieu. Allah-budda-leluia ! Les potes Germains du mec, pleins d’un espoir non partagé, se mettent en quête de la petite caméra au fond de la piscine profonde de 3-4 mètres avec une visibilité du bord des yeux au bout du nez et ils ressortent non pas une, non pas deux, mais trois caméras chers Madames ! Et ceci pour le prix d’absolument rien, une offre imbattable !

Si le cœur vous en dit lors de votre passage, tentez également l’expérience, de nombreux touristes un peu cons, ça ne manque pas, auront peut être lâché leur onéreuse caméra à cet endroit.

Musculairement détendu, et le bout des doigts fripés on repart pour la seconde partie de la journée, qui nous amène au second camp à 2639m. Cette fois nous sommes dans les nuages une bonne partie de l’ascension et de la fin de journée.24_monsacestfait_rinjani

25_monsacestfait_rinjani

Dernier jour, nous nous levons au milieu de la nuit vers 3h00 du mat, pour la dernière partie à gravir. C’est un cordon lumineux de lampes frontales qui est en route vers les 3726 mètres du sommet. Certains s’arrêtent tous les deux pas, brisant l’élan que nous n’avons pas vraiment, une petite poussade vers le précipice nous débarrassera des plus pénibles. Mouhaha !

Le sol est ici composé de gravillons qui ne facilitent pas vraiment la progression, et vous feront faire deux pas en avant un pas en arrière. Si vous avez des bâtons cela vous aidera grandement.

A une centaine de mètres du sommet, les premiers cris de satisfaction des personnes arrivées se font entendre parmi les cris d’agonie. Grisant quand tu n’es plus très loin, un peu moins quand tu as encore une longue distance à faire. Arrivé au sommet, pas peu fiers, on prend la pose avec la plaque, le nez rouge comme si l’on avait vidé un cubi. On passera quelques temps au sommet à observer le monde qui se révèle à nous, peu à peu rejoint par les autres membres du groupe, on se pèle le jonc terrible dans cet endroit inabrité du vent, et l’on utilisera notre couverture de survie trimbalée depuis le début du voyage.26_monsacestfait_rinjani

27_monsacestfait_rinjani

28_monsacestfait_rinjani

29_monsacestfait_rinjani

30_monsacestfait_rinjani

31_monsacestfait_rinjani

32_monsacestfait_rinjani

L’ambiance est agréable, tout le monde est ravi d’avoir relevé le challenge. Certains effectuent même leur demande en mariage au sommet, la montée avait du lui sembler particulièrement longue et stressante.

La descente est vachement plus simple, il suffit de se laisser dévaler comme un petit cabri dans une prairie de coquelicots. Dans la réalité tu ressembles plus à un hobbit au Mordor et tu déclenches un nuage de poussière terrible pour tes poursuivants, mais les paysages magnifiques que tu as loupé pendant ton ascension nocturne se révèlent alors à toi.33_monsacestfait_rinjani

34_monsacestfait_rinjani

35_monsacestfait_rinjani

36_monsacestfait_rinjani

37_monsacestfait_rinjani

Le petit déjeuner au campement est le bien venu et l’estomac rempli de pancakes, nous passons le reste de la journée à descendre vers Sembulan.38_monsacestfait_rinjani

39_monsacestfait_rinjani

Testé et désapprouvé : ne porte pas de crème solaire pour la descente, tu ne feras que concentrer sur toi toute la poussière du monde. Même sa maman aurait eu du mal à reconnaitre Annie sous cette couche de crasse.

40_monsacestfait_rinjani41_monsacestfait_rinjani

42_monsacestfait_rinjani

Notre mini-van climatisé tout confort, nous attends au village de Sembulan pour nous ramener à notre point de départ.
43_monsacestfait_rinjani
Nous vous recommandons cette activité, le confort est rudimentaire, mais les repas sont de très bonne qualité vu les conditions, et les paysages sont sensationnels. Par pitié, emmenez avec vous les emballages que vous avez su apporter rempli si haut. Certaines parties du parcours sont une désolante décharge.

Les membres du groupe se séparent pour s’orienter vers Bali, les Gilis ou comme nous et un couple d’Hollandais vers Kuta Lombok, tout au sud de l’île. A suivre dans un prochain article.

Ajouter un commentaire