Randonnée dans les Cameron Highlands

Depuis Kuala Lumpur nous décidons de gagner Cameron Highlands, au cœur de la chaîne des Titwangsa, on devrait y échapper à la hase qui pollue les villes du sud est asiatique depuis de nombreuses semaines.

Notre point de chute est Tanah Rata à 1400 m d’altitude, pour y aller des bus relient Kuala Lumpur à Tanah Rata, en 3H à 4H, depuis le terminal de bus de Pudu Sentral à Chinatown pour la somme de RM23,5 (5,36€).

Depuis la fenêtre du bus, on aperçoit au détour d’un virage l’attraction majeure de la zone : les plantations de thé, signe de l’influence des Anglais dans les années 30.

Nous trouvons une auberge pas chère au bout de la première rue que l’on prend, nous sommes surpris de voir des couvertures sur le lit : à cette altitude les nuits sont fraîches. Un guide local nous indique plusieurs sentiers de randonnées que nous pouvons emprunter pour découvrir les environs.

Cet après-midi nous nous lançons sur le trail numéro 10, au début du sentier il y a même un petit chien qui tente de nous amadouer pour qu’on l’emmène, on se laisse pas avoir par ses airs de chien potté et on débute le chemin.01_monsacestfait_Cameron-Highlands

Le trail nous emmène à travers la jungle jusqu’au sommet du Gunung Jasar sensé révéler un superbe panorama sur les environs, bon forcément nous n’avons absolument rien vu en raison des nuées qui entoure quasiment en permanence les sommets de la région. Mais rien que pour la découverte de cette jungle nuageuse plus humide et mousseuse qu’une bière belge cela valait le coup de s’être vautré plusieurs fois sur ce sentier. En poursuivant le trail nous arrivons jusqu’à la station électrique de la ville, le retour se passe sur la route, ce qui n’est pas la partie la plus fun de la ballade.02_monsacestfait_Cameron-Highlands

En rentrant à l’auberge c’est la douche froide, littéralement, pourtant le mec nous avait dit que c’était de l’eau chaude. Le proprio interrompt ce souvenir revigorant des mois en van en Océanie, en me disant qu’il n’y a simplement plus de gaz et qu’il est en train de remplacer la bouteille. Ballo.

Pour aller découvrir les plantations de thé et la mossy forest, il est possible de booker un tour avec une des agences de la ville qui vous emmèneront pour la demi-journée ou journée complète. Mais cette fois nous décidons de nous la jouer Pekin Express en nous débrouillant seuls.

Après le petit déj, on fait du stop à la sortie de la ville pour atteindre Brinchang. Vachement plus efficace qu’à Kings Canyon en Australie (lire ici), on attend moins de 3 minutes pour être embarqué par un policier, dans le bon sens du terme, qui travaille au commissariat de Brinchang. Il est tout désolé que sa voiture soit toute petite. Il a jamais du voir de 205.

Au nord de Brinchang nous entrons sur la Jungle Walk NO:1 qui nous emmène au sommet du Gunung Brinchang à un peu plus de 2000 mètres.03_monsacestfait_Cameron-Highlands

Il y a des insectes qui sont en train de se faire braquer leurs voitures :

Au sommet il y a une sorte de station avec antennes, bizarrement c’est sur le grillage alentour que l’on trouve les plus beaux papillons. D’ailleurs pendant notre voyage on a aussi appris que les papillons sont attirés par l’odeur de pisse. Alors toujours aussi mignons ?04_monsacestfait_Cameron-Highlands

Comme vous vous en doutez, le belvédère ne nous permettra de belvédèrer rien du tout, comme d’habitude. C’est ici que nous croisons les agences et groupes de touristes, ils roulent tous dans des vieux Land Rover Defender. Si les Defender sont aussi présents dans la zone c’est parce que leurs propriétaires bénéficient d’une taxe réduite, à condition qu’ils ne quittent pas les Cameron Higlands, d’où les lettres CH peintes sur les portières. Rien à voir avec la Suisse.
05_monsacestfait_Cameron-Highlands
C’est tout près du sommet que se trouve la Mossy Forest, embrumée et avec ses arbres totalement recouverts de mousse. Il est aussi possible dans cette région de jouer les botanistes à la recherche de la raflesia, mais en ce moment ne n’est pas la période de floraison de la plus grande fleur au monde. Tant pis, d’ailleurs parait-il qu’elle sentirait plus le vomi que la rose.06_monsacestfait_Cameron-Highlands

07_monsacestfait_Cameron-Highlands

08_monsacestfait_Cameron-Highlands

En prenant la route qui descend du sommet nous passons au cœur des plantations de thé. Les arbres à thé sont taillés en buissons harmonieux donnant un aspect tout molletonné au relief.10_monsacestfait_Cameron-Highlands

11_monsacestfait_Cameron-Highlands

12_monsacestfait_Cameron-Highlands

13_monsacestfait_Cameron-Highlands

14_monsacestfait_Cameron-Highlands

15_monsacestfait_Cameron-Highlands

16_monsacestfait_Cameron-Highlands

18_monsacestfait_Cameron-Highlands

Après un détour d’environ 2 kilomètres de la route principale se trouve la plantation « Boh Tea plantation », de toute boh-thé (vous ne pouviez y échapper), avec un petit musée et une visite possible de l’usine de traitement des feuilles. Le temps de cette visite, il s’est mis à pleuvoir à seaux, on reprend donc la route avec notre élégant poooncho et en faisant du stop. C’est un vieux bus bondé de touristes Malais qui nous emmène. Après les avoir débarqués devant une boutique de souvenirs, le chauffeur nous emmène même jusque Tanah Rata, il y a bien mérité son pourboire et a confirmé l’idée qu’il était tout à fait possible de visiter par ses propres moyens Cameron Highlands.19_monsacestfait_Cameron-Highlands

20_monsacestfait_Cameron-Highlands

21_monsacestfait_Cameron-Highlands

22_monsacestfait_Cameron-Highlands

23_monsacestfait_Cameron-Highlands

Demain on part en direction d’une destination bien plus sauvage, en rejoignant la jungle du parc national Taman Negara.

Ajouter un commentaire