De la Banks Peninsula à Kaikoura

Nous nous sommes rapprochés de notre point de sortie de la Nouvelle Zélande : Christchurch. A notre arrivée à Auckland nous nous étions doté d’une navette spatiale japonaise en la personne de notre Mitsubishi Delica Spacegear 3000, l’objectif étant de le revendre à la fin et récupérer une partie de nos deniers.

Nous nous attelons donc à la tache. Nous n’avions jamais acheté de véhicule auparavant, et par conséquent pas plus vendu, alors c’est avec un plan d’action commercial du tonnerre que l’on part tout fringant vers Christchurch. On s’affiche avec un « 4 SALE » sur notre van tout propre et on se prévoit 3 week-ends de car fair, des annonces sur le web : gumtree.co.nz, un site gratuit, et trade.me un site payant, le tour des hostels pour déposer des annonces, idem dans les grandes surfaces. On essaye de ne pas faire les gourmands en optant pour un prix de vente égal au prix d’achat, malgré un rab de rego et des pneus neufs.

Sauf que : la car fair de Christchurch n’existe plus, le site gumtree.co.nz non plus, que lorsque l’on dépose les annonces dans les hostels on se rend compte qu’il y en a une centaine en cours avec des prix deux fois moins cher. Bref ça sent un peu le caca cette revente.

Tout ça c’est la faute de l’offre et de la demande. Ces pétasses. En effet de nombreux jeunes voyageurs emprunts de liberté comme nous arrivent en NZ avant ou pendant l’été, puis quittent le pays lorsque leurs orteils deviennent tout bleus en hiver. De plus Christchurch est dans l’île du Sud, plus fraiche que l’île du Nord (euphémisme), et peu de personnes sont chaudes pour passer un hiver au froid dans un van. Surtout que le notre s’est révélé sans chauffage, pas même une illusion de tiédeur.

Cela promet quelques péripéties avant notre départ et c’est donc avec un moral au bloc opératoire que nous décidons de nous aérer aux alentours de Christchurch.

La destination idéale est pour cela la Banks Peninsula, à une petite heure de route de Christchurch elle offre des paysages superbes et de belles occasions de randonner.

Ce sera le cas sur le walking track de Pigeon Bay, où nous arrivons après avoir crapoté notre van sur une gravel road d’une vingtaine de kilomètres. C’est toujours à ce moment là qu’arrivé à destination tu te rends compte qu’une jolie route goudronnée arrive au même endroit avec son lot de voitures blanches immaculées.

16_monsacestfait_waikuku-(28) 16_monsacestfait_waikuku-(31) 16_monsacestfait_waikuku-(32) 16_monsacestfait_waikuku-(33) 16_monsacestfait_waikuku-(34) 16_monsacestfait_waikuku-(29) 16_monsacestfait_waikuku-(35)

Le temps change rapidement et nous nous prenons une sauce en fin de parcours. L’occasion d’un défilé hiver-hiver qui saura ravir nos amateurs de mode.

16_monsacestfait_waikuku-(36) 16_monsacestfait_waikuku-(30)16_monsacestfait_waikuku-(37)
Cette pluie n’était qu’un teasing prometteur. En effet les deux jours suivants c’est « La banks est fermé pour cause d’intempéries » qui aurait du être affiché sur les panneaux de signalisations. Entre rafales de vents, averses de grêle et chutes de neige, la picturesque Banks Peninsula a moins fière allure.16_monsacestfait_waikuku-(38)

Nous passons tout de même à Akaroa, la plus française des villes de Nouvelle Zélande. En effet 12000 hectares de la péninsule avait été acheté aux Maoris par un Français pour la somme de 1000 Francs. Sauf qu’entre temps se signait dans l’île du Nord le traité de Waitangi qui plaçait la Nouvelle-Zélande sous l’autorité Britannique, si bien que l’union Jack flottant déjà sur Akaroa, le français dut revendre son territoire. Comme les Français sont têtus, certains décidèrent de rester et ont marqué de leur influence la ville de Akaroa. Voilà pourquoi ici on affiche fièrement des drapeaux français et des fautes de traductions.

Le temps de brèves éclaircies nous pouvons profiter de la baie et des sommets fraichement enneigés des collines environnantes. 16_monsacestfait_waikuku-(39) 16_monsacestfait_waikuku-(40) 16_monsacestfait_waikuku-(41)

Nous remontons ensuite au nord de Christchurch en nous arrêtant à Waikuku beach, longue plage où l’on aura l’occasion de croiser un Yellow eye pengouin qui se galérait un peu à escalader tous les bouts de bois flotté qui jonchent la plage.16_monsacestfait_waikuku-(42) 16_monsacestfait_waikuku-(43)

Et d’apprécier les levers de soleil :16_monsacestfait_waikuku-(2) 16_monsacestfait_waikuku-(3) 16_monsacestfait_waikuku-(1)

Direction Gore Bay, où l’on peut voir Cathedral Rocks.16_monsacestfait_waikuku-(4)

A proximité l’excellent sentier côtier entre Manuka Bay et Hurunui, vous fait passer à travers une végétation luxuriante et donne un bel aperçu de la lagune d’Hurunui.16_monsacestfait_waikuku-(25) 16_monsacestfait_waikuku-(8)

Sur la plage de sable noir de Manuka Bay nous réveillerons malgré nous une otarie que l’on avait prise pour un bout de bois.16_monsacestfait_waikuku-(9) 16_monsacestfait_waikuku-(10)

Après un réveil à proximité de la Waiau River…16_monsacestfait_waikuku-(11)

… nous accédons à Kaikoura, célèbre pour sa faune marine que ce soit aussi bien les cachalots, les dauphins ou les otaries. Ces dernières squattent en nombre la pointe de la péninsule de Kaikoura et on les comprend au vue des paysages qu’offre celle-ci.16_monsacestfait_waikuku-(13) 16_monsacestfait_waikuku-(16) 16_monsacestfait_waikuku-(15) 16_monsacestfait_waikuku-(5) 16_monsacestfait_waikuku-(12) 16_monsacestfait_waikuku-(14)

Au nord de Kaikoura nous assisteront au plus mignon des spectacles de Nouvelle-Zélande, attention préparez vous à incliner la tête de 30 degrés en appui sur vos mains jointes en disant « Oh ils sont trop choupinous».

Ici et pendant tous les mois d’hiver, les jeunes otaries nouvellement nées remontent le ruisseau qui se jette dans la mer pour venir jouer au pied d’une cascade.

Elles s’exercent à la natation et bondissent dans l’eau, remontent sur la pierre, tentent de faire un salto arrière, se mordillent, vous regardent à l’endroit, vous regardent aussi à l’envers pour voir si vous êtes moins moche, font les stars pour la photo… On resterait bien des heures à les regarder. A vrai dire nous sommes restés des heures à les regarder. Remballe tes petits chatons, ces bébés otaries ne jouent pas dans la même catégorie.16_monsacestfait_waikuku-(17) 16_monsacestfait_waikuku-(18) 16_monsacestfait_waikuku-(26) 16_monsacestfait_waikuku-(21) 16_monsacestfait_waikuku-(20) 16_monsacestfait_waikuku-(19)

Ce nouveau lever de soleil sur la mer, côte Est oblige, éclairera les montagnes enneigées voisines.16_monsacestfait_waikuku-(22) 16_monsacestfait_waikuku-(23) 16_monsacestfait_waikuku-(24)

Et c’est sur un panorama complet de Kaikoura que nous quittons la zone pour regagner Christchurch.16_monsacestfait_waikuku-(6) 16_monsacestfait_waikuku-(27)

Dans le prochain article c’est un synopsis de cinéma que nous vous compterons, de l’aventure et de l’adrénaline seront au rendez-vous pour une dernière semaine épique en Nouvelle-Zélande !

1 Commentaire

Ajouter un commentaire